Faire l'autruche n'empêchera pas
le coup de massue !
S'informer pour... "penser global, agir local" !

L'élevage intensif, la viande

"Toute discussion sérieuse sur l'état de nos océans doit commencer par une discussion franche sur les conséquences de l'élevage intensif".

Dr Richard Oppenlander, Chercheur en Ecologie, Auteur du livre "Comfortably unaware" (Le confort de l'ignorance)

L'agriculture moderne est fortement dépendante du pétrole, or le bétail est nourri en bonne partie avec des céréales.

Ce film, à lui seul et rien qu'en abordant la consommation de viande, traite de tous les problèmes de société !!

Déforestation, pollutions, crise alimentaire, occupation des sols, etc. !

Toutefois, "Ma ferme autonome", en traitant du sujet vegan, rappelle l'importance du lien entre élevage et agriculture ! La critique doit donc aller contre les pratiques industrielles de l'élevage et de l'agriculture.

De plus, l'élevage intensif constitue un danger pour l'humanité, du fait de la prolifération de germes tueurs (bactéries)...

Link

Cowspiracy (« La conspiration des vaches »). (2014)

Un film contre les ravages de l’élevage industriel.

Cowspiracy Le documentaire Cowspiracy enquête sur le silence qui pèse sur l’élevage industriel. Celui-ci est pourtant une des principales causes de la destruction de l’environnement. Pourquoi les grandes ONG écologiques le ménagent-elles autant ? Quelle est l’activité humaine qui a le plus d’impact sur l’environnement ? Ce ne sont pas les transports, pas l’industrie… Mais l’élevage industriel. C’est l’idée choc avancée par le documentaire Cowspiracy : The sustainability secret (« La conspiration des vaches »).

In english version : Cowspiracy : The Sustainability Secret.

Cowspiracy présente sans fard les vrais chiffres de la viande :

Saviez-vous que la fracture hydraulique nécessite 378 millions de litres d’eau par an ? Eh bien l’industrie de la viande utilise 129.000 milliards de litres d’eau par an. Ainsi, comme le documentaire "Cowspiracy : The Sustainability Secret" le précise, pour produire un burger, il faut plus de 2.000 litres d’eau, soit deux mois de douches. Ainsi, 5 % de l’eau utilisée aux Etats-Unis l’est pour un usage domestique, contre 55 % pour l’élevage.

Un article également de Reporterre.net : Un film contre les ravages de l’élevage industriel.

Link

Pourquoi le veganisme va disparaître avant 2045 - Par "Ma ferme autonome". (2018)

Le véganisme est une mode née dans les années 1970 et qui va disparaitre d'ici une trentaine d'années. Je vous explique pourquoi et comment cette mode va disparaitre dans cette vidéo.

Ma vidéo initiale durait plus de 2 heures et je me suis rendu compte que c'était bien trop long et que je perdais du temps à démonter un par un les arguments végans ce qui est une mauvaise façon de faire. J'ai donc raccourci la vidéo en essayant de ne pas dépasser une heure et en me concentrant sur les deux points qu'aucun des végans avec lesquels j'ai discuté n'est arrivé à invalider :

- le premier c'est que le véganisme repose sur le postulat immoral qu'il faut supprimer l'élevage même si cela tue plus d'animaux que de pratiquer un élevage non industriel comme toutes les personnes que l'on voit dans cette vidéo le font (argument moral).

- le second c'est que si le véganisme implique la fin de l'élevage alors le véganisme va disparaitre d'ici une trentaine d'années car d'ici là nous auront perdu la capacité de continuer à produire de la nourriture comme nous le faisons actuellement dans des systèmes qui ne reposent pas sur la polyculture élevage.

En résumé : le véganisme est immoral et de toute façon il va disparaitre.


Lien alternatif (PeerTube)
Link

Vers un crash alimentaire. (2007)

L'exemple de la Chine est édifiant. La viande est devenue un aliment courant dans les assiettes, ce qui est un "événement planétaire".

Extrait d'1min30 qui cible le cas de la Chine :


Lien alternatif (Invidio)

Documentaire en entier en français : Vers un crash alimentaire 1/2 et 2/2.

In der deutschen Version : Mit Vollgas in die Hungerkrise (Komplett).

Link

Germes tueurs : le fléau de l'élevage intensif. (2013)

La production de viande en élevage intensif augmente le risque de la prolifération de dangereuses maladies. L'utilisation d'antibiotiques rend à terme les bactéries super-resistantes.

Ce documentaire de fin 2013 fait froid dans le dos… Le seul moyen de lutter contre cette prolifération est de stopper ce système d’élevage intensif, au profit d’un élevage de type “bio”, dont les conditions ne sont pas favorables à la prolifération de ces germes.

En 2014 déjà, un article d'un blog concluait ainsi : Lutter contre cette prolifération, un objectif qui ne sera atteint que si l'on parvient à remettre en question en France les méthodes de l'élevage intensif, en prenant le tournant du bio et de l'agroécologie. Une vraie révolution verte en perspective...

Or, la France, un des premiers pays concernés en Europe, tente justement d’imposer l’idée d’élevages gigantesques, preuve en est avec la ferme des 1000 vaches

Résumé : Les animaux élevés en milieu industriel sont gavés d'antibiotiques. Cette administration massive donne naissance à de redoutables bactéries qui finissent par contaminer l'homme. Un chercheur néerlandais a été le premier à tirer la sonnette d'alarme en 2004 après avoir identifié la présence de staphylocoque doré dans des élevages porcins. Ces infections touchent tous les Européens et sont difficiles à soigner, car résistantes aux médicaments. Chercheurs, éleveurs responsables, vétérinaires et médecins de plusieurs pays dénoncent ces pratiques.


Lien alternatif (Invidio)

In der deutschen Version : Killer-Keime : Gefahr aus dem Tiestall.

Le traitement infligé aux animaux.

La conduite humaine face au monde animal est développée dans le documentaire TERRIENS (Earthlings) datant de 2005 et visible à la page Soumission, autorité et manipulation.

Retour au menu.