Faire l'autruche n'empêchera pas
le coup de massue !
S'informer pour... "penser global, agir local" !

Les matières premières

Si l'utilisation du pétrole dans les pays industrialisés a permis une croissance phénoménale depuis les années 50, ce même pétrole a également permis, du fait de la mécanisation, d'accélérer énormément l'exploitation de l'ensemble des matières premières, organiques ou minérales ("Tout s'accélère", selon Yann Arthus Bertrand dans le film Home de 2009).

De ce fait, il n'y a pas que le pétrole qui soit en voie de disparition. Les exemples d'une exploitation outrancière des matières premières par nos grandes industries sont multiples, mais en voici un auquel on ne pense généralement pas : le sable !

Et comment ici ne pas aborder le thème de l'eau... ?

Link

Le sable : enquête sur une disparition. (2013)

Le sable ne semble pas pouvoir manquer, il y en a tellement dans les déserts ! Oui, sauf que ce sable est poli par le vent : il est impropre à la construction. Il faut du sable de mer...

Le sable n'est pas une denrée inépuisable. Il entre dans la fabrication du béton et l'ironie est de constater qu'à force de vouloir s'élever avec nos constructions, c'est la base qui se réduit : nos côtes sont grignotées... là exactement où se concentre la moitié de la population mondiale !

A la fin du documentaire, un exemple en France à Trébeudern (Bretagne), concernant du sable en fond marin, un intervenant dit :

"Le projet s'inscrit dans un processus de pillage systématique des ressources naturelles et non renouvelables."

Cité dans le documentaire, à propos des côtes bretonnes,

- le Réseau Natura 2000,

- sur le site Le peuple des Dunes en Trégor, la carte de la zone à proximité de Trébeurden, dont le périmètre d’exploitation envisagé se situe à moins de 6 kms de la côte.

Le pillage du sable touche tous les pays, tous les continents. Des tonnes et des tonnes et des tonnes de sable sont enlevées chaque jour des plages du monde...

Voici trois extraits importants de ce documentaire :

(Si une lecture est lancée, mettre la vidéo active en mode pause avant d'en visionner une autre.)

image miniature image miniature image miniature

Film complet ici : Le sable : enquête sur une disparition 1/2 et 2/2.

In der deutschen Version : Sand - Die neue Umweltzeitbombe.

Le documentaire, avec un texte du journaliste et réalisateur Denis Delestrac : Le sable : enquête sur une disparition (Article du 03 mai 2016).

Link

L'absurdité de l'eau en bouteille plastique. (2010)

Pour aborder la question de l'eau potable et avec un peu d'humour, en préalable, l'extrait d'un sketch de Franck Lepage, à propos de l'eau en bouteille !

Link

Water makes money.
Comment les multinationales transforment l'eau en argent. (2010)

L´ irrésistible expansion des privatiseurs mondiaux de l´eau ? À l´échelle mondiale l´approvisionnement en eau est encore à plus de 80% public. Mais partout où des communes à court d´argent cherchent un soulagement financier, Veolia et Suez, les 2 multinationales les plus importantes, frappent à la porte. Veolia à elle seule, a réussi, pendant les 10 dernières années à prendre en charge l´approvisionnement de plus de 450 villes allemandes ou d´y prendre des participations. Entre temps la multinationale française et ses participations dans l´assainissement et l´eau potable se trouve être pratiquement le distributeur d´eau le plus important en Allemagne à égalité avec Gelsenwasser. Ces succès expansionnistes sont identiques en Pologne, dans les républiques baltes, Lettonie, Estonie, Lituanie, en Tchéquie, en Slovaquie, en Italie, en Espagne, aux Etats-Unis et même en Chine où Veolia proclame constamment la signature de nouveaux contrats. Lorsque en Californie il y a risque de pénurie d´eau, Schwarzenegger reçoit Henri Proglio, le PDG de Veolia. C'est à lui que s'adresse en premier lieu le président chinois lorsque ce pays décide d´un programme de 100 milliards de dollars pour le renouvellement du système de traitement des eaux usées. Veolia et Suez sont présents dans 69 pays sur les 5 continents. Est-ce l´ascension irrésistible de deux géants de l´eau, traçant leur voie en direction de l´hégémonie mondiale d´une eau privatisée ? A Paris précisément, au siège des multinationales, on voit cela d'un tout autre œil. Avec plus d'une centaine d'autres collectivités territoriales, Paris a décidé de reprendre le contrôle de l'« élixir de vie » : l'eau. Lorsque les contrats avec Veolia prendront fin, ces services vitaux devront retourner en régie publique. Comment se fait-il que, précisément dans la patrie de Veolia, de plus en plus de communes s'en détournent ?

In der deutschen Version : Geldquelle Wasser sowie Flaschenwahn statt Wasserhahn.

Link

Nestlé et le business de l’eau en bouteille (Bottled life). (2011)

Multinationale basée en Suisse, Nestlé est le leader mondial de l'agroalimentaire, notamment grâce au commerce de l'eau en bouteille, dont elle possède plus de 70 marques partout dans le monde. Pour Peter Brabeck, le président du conseil d'administration, l'eau peut «garantir encore 140 ans de vie» à l'entreprise. Malgré le refus de collaborer opposé par la direction, les réalisateurs dévoilent les coulisses de ce marché qui brasse des milliards. Des Etats-Unis au Nigeria en passant par le Pakistan, ils explorent les circuits de l'eau en bouteille, mettant en lumière les méthodes parfois expéditives de la firme. Ils montrent qu'elles reposent sur une question cruciale : à qui appartient l'eau ?

Film complet ici : Nestle et le business de l'eau en bouteille 1/2 et 2/2.

In der deutschen Version : "Bottled Life". Flaschenwahn statt Wasserhahn.

Link

Pour l'amour de l'eau - Extrait "Danger immédiat". (2008)

Flow : For Love of Water. Source Wikipédia (English) Pour l’amour de l’eau : L’eau représente désormais la 3è industrie mondiale après le pétrole et l’électricité, mais son caractère vital et sa raréfaction accélérée vont en faire à court terme, la première ressource potentielle de profits.

Et alors que l’or bleu excite de plus en plus ouvertement les convoitises, les conflits d’intérêts se multiplient au cœur des institutions décisionnaires du marché de l’eau.

Durant trois ans, des États-Unis à l'Afrique du Sud en passant par le Rajasthan et la Bolivie, Irena Salina a interrogé scientifiques, militants écologistes, porte-parole d'entreprises ou simples citoyens, et dressé un constat alarmant. Dans les bidonvilles des pays pauvres, la privatisation des réseaux, encouragée par la Banque mondiale - au profit des multinationales françaises Vivendi et Suez, et britannique Thames Water - exclut un nombre croissant d'habitants, incapables de payer des factures qui ont augmenté brutalement.

Film complet ici : Pour l’amour de l’eau.

In english version : Flow : For Love of Water.

Link

Quand la chimie contamine notre eau - la menace invisible. (2012)

Comment lutter contre la pollution croissante de l'eau ? Peut-on boire sans crainte l'eau du robinet ? C'est ce qu'affirme Janez Potocnik, commissaire européen chargé de l'environnement. Mais les scientifiques sont plus réservés. Ils observent chez les poissons et les amphibiens des troubles de la masculinisation, des hypertrophies du foie et des branchies, et chez l'homme, des phénomènes d'allergies et de résistance aux antibiotiques. La biologiste Barbara Demeneix a décelé dans l'eau des molécules perturbant la thyroïde.

In der deutschen Version : Chemie im Wasser - die unsichtbare Gefahr.

Retour au menu.