Faire l'autruche n'empêchera pas
le coup de massue !
S'informer pour... "penser global, agir local" !

La santé

Pétrole, exploitation outrancière des matières premières, multinationales : les conséquences du mode de vie des pays industrialisés sur la nature, l'environnement et notre santé sont multiples. Cette "facilité" de vie n'est pas gratuite : cela se retourne contre nous.

L'expression "maladies de civilisation" a été créée à propos des maladies qui ne concernent que les pays industrialisés (ou ceux qui adoptent le mode de vie à l'occidental). Il s'agit du cancer, des maladies cardio-vasculaires, du diabète, de l'obésité, des maladies neurologiques (Alzheimer, Parkinson, etc.) ou auto-immunes, des troubles de la reproduction (stérilité). En cause : notre alimentation, nos produits de soin du corps, nos médicaments, etc.

Quiconque doit affronter un cancer, subir une chimiothérapie, devrait regarder le documentaire dans l'encadré en haut à gauche !

Plusieurs documentaires sur cette page permettent d'appréhender un peu mieux notre santé. L'idée classique, découlant des notions de "progrès" scientifique et de croissance, est que notre espérance de vie va aller en augmentant, va continuer de croître pour nos enfants. Or plusieurs scientifiques, nutritionnistes en particulier, tirent la sonnette d'alarme : notre espérance de vie pourrait au contraire chuter !

Link

Extrait de "Solutions locales pour un désordre global", Coline Serreau. (2010)

Claude Bourguignon fait le lien entre multinationales, plantes malades, personnes malades et médicamentation...

Claude Bourguignon : "Nous ne faisons plus d'agriculture, mais de la gestion de pathologie végétale."

En illustration du propos de Claude Bourguignon, voici à suivre une enquête approfondie dont les thèmes sont : les produits chimiques de l'agriculture, l'aspartame, les matières plastiques (40% des emballages plastiques servent à l'alimentation), cancers, stérilité, obésité, et autres maladies qui concernent les populations des pays industrialisés !!!...

Link

Notre poison quotidien. Marie-Monique Robin (2010)

Le nombre de cancers, les maladies neurologiques (Alzheimer, Parkinson, etc.) ou auto-immunes, les troubles de la reproduction ne cessent d'augmenter depuis des dizaines d'années. Comment expliquer cette hausse ? Les produits chimiques peuvent-ils nous rendre malades ? C'est à cette question que répond la journaliste Marie-Monique Robin (Prix Albert-Londres 1995) en réalisant "Notre poison quotidien".

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, pas moins de 100 000 produits chimiques ont été commercialisés. Et 900, seulement, ont été évalués par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Autant dire très peu. Pendant cette enquête minutieuse de deux ans, la journaliste a fouillé, décortiqué la réglementation de ces produits. Une première. Elle a aussi mis l'accent sur les pesticides, l'aspartame et le bisphénol A.

In der deutschen Version : Unser täglich Gift.

Link

L'obésité programmée. (2012)

L'embonpoint et l'obésité touchent de plus en plus de monde. Manifestement, une alimentation trop calorique et le manque d'activité physique ne suffisent plus à expliquer cette tendance...

Vraisemblablement à cause de notre alimentation déficiente et d'un manque d'exercice, l'obésité est en hausse dans tous les pays industrialisés. Toutefois, comment expliquer l'augmentation de 70 % d'obésité chez les poupons au cours des 20 dernières années alors que ceux-ci ne peuvent même pas mastiquer et encore moins jogger? Selon une scientifique écossaise et une poignée d'autres chercheurs qui se rallient à sa thèse, la réponse se trouverait dans les produits chimiques qu'on ingère à notre insu.

Link

On est ce que l'on mange. (2008)

À travers une description de la nutrition, ce film est aussi une critique de notre médecine...

"Que ta nourriture soit ta médecine, et ta médecine, ta nourriture." (Hippocrate).

Link

Nos enfants nous accuseront. (2008)

Nos enfants nous accuseront est un film documentaire français sorti en novembre 2008 écrit et réalisé par Jean-Paul Jaud. Le thème central est l'empoisonnement supposé des aliments par les toxines (pesticides, fongicides, engrais, etc.) de la chimie agricole, développé à travers le cas d'une école du Gard.

Film complet en français, sous-titres en espagnol : Nos enfants nous accuseront.

Link

Guides des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux
de Bernard Debré et Philippe Even. (2012)

La polémique a fait rage à la sortie de ce guide ! Quelques rares erreurs ou exagérations se seraient glissées dans l'ouvrage et le professeur Even s'est même vu privé d'exercer la médecine : une vengeance de l'Ordre des médecins (sans aucune conséquence toutefois, vu que le professeur Evin n'exerce plus depuis longtemps).

Cet ouvrage, même s'il a été évidemment critiqué par d'autres médecins, a le mérite de mettre le doigt sur l'énorme et inutile voire dangereuse consommation de médicaments, ouvrage pourtant rédigé par deux médecins dont l'un, Bernard Debré, est même un élu UMP ! Pour quelle raison ? Maintenir les bénéfices de certaines multinationales bien sûr...

Quelque chose a-t-il changé depuis 2012 ? évidemment non. Il appartient à chaque citoyen de prendre acte et d'agir en conséquence, en évitant par exemple un médecin qui, avec un discours démagogique manifeste, prescrit à tour de bras...

50% de médicaments sont inutiles.
Image flottante      Tous deux dressent un bilan sidérant de notre pharmacologie. 50% de médicaments inutiles, 20% de mal tolérés, 5% de "potentiellement très dangereux", mais, incroyable paradoxe, 75% sont remboursés. De 10 à 15 milliards d’euros sont ainsi gaspillés chaque année, sans aucune amélioration de la santé des patients : davantage que le déficit de l’assurance-maladie. La France dépense de 1,3 à 2 fois plus que la plupart de ses voisins européens.
     A travers ces chiffres, Bernard Debré et Philippe Even dénoncent une politique de santé publique contre-productive, une industrie pharmaceutique, qui invente de moins en moins, principalement préoccupée par le maintien de son chiffre d’affaires, et une élite médicale, parfois complice et silencieuse.

Médicaments dangereux : "Laxisme, démagogie et incompétence" (2012)

Interview de Philippe Even, président de l'Institut Necker (2011)

Link

L'espérance de vie.
Extrait de "Manger peut-il nuire à notre santé ?" (2010)

Pommes, porc, saumon et pain : quatre des aliments les plus consommés en France ont été traqués par la journaliste Isabelle Saporta et analysés par cinq scientifiques.

(L'extrait choisi cible la discussion sur l'espérance de vie, mais le documentaire est visible en entier en cliquant sur le curseur qui apparaît sur l'ascenseur horizontal de la vidéo.)

France 3 Normandie avec AFP, FranceInfo (2015) : Les pommes françaises sont bien empoisonnées aux pesticides, la justice donne raison à Greenpeace.

Données Eurostat Les craintes exprimées dans ce documentaire de 2010, d'un « effondrement de l'espérance de vie », semblent se confirmer, d'après le docteur de Lorgeril. Les chiffres en 2014-2015 indiquent non pas seulement une stagnation de l'espérance de vie, mais une régression :

Sources : Blog du docteur de Lorgeril et Eurostat : Données Eurostat sur l'espérance de vie par âge et sexe en Europe.

Pour aller plus loin : médecins et patients...

Dans certaines cultures traditionnelles, les médecins sont payés quand les gens sont en bonne santé...

CacherMontrer
Link

Médecins et patients...

D'après les ethnologues-anthropologues, les médecins, dans certaines cultures traditionelles en Asie par exemple, sont payés quand les gens sont en bonne santé ! Bizarre ? et pourtant la logique est claire : si une personne est malade, c'est que le médecin n'a pas bien fait son travail !

Dans les pays dits modernes, on fait appel à un médecin essentiellement en cas de soucis de santé, mais évidemment pas quand on est jeune, en bonne santé et que tout semble aller bien...

Lorsque quelqu'un est malade, le mot "patient" est alors de mise dans notre médecine.... La sémantique est, une fois de plus, importante ! Pourquoi ce mot "patient" ?

Le mot "patient" signifie que le malade doit patienter jusqu'à ce que le médecin (tel un sauveur ?, un dieu ?), vienne s'occuper de lui pour le guérir ! Le propos n'est bien sûr pas de critiquer un individu tel que le médecin, qui lui aussi fait partie intégrante d'un système qui le dépasse souvent.

Alors évidemment, cette idée gêne... heurte les consciences... Mais faut-il rappeler ce que fait vraiment un médecin ? L'idée commune est que le médecin guérit, mais ce n'est pas tout à fait exact : le médecin aide le corps à SE guérir !

Un médecin chirurgien, pour une fracture par exemple, ne "recolle" pas les os cassés, il aide seulement l'organisme à souder ces os, en les replaçant correctement. C'est notre organisme qui soude de nouveau un os cassé. Il apparaît dès lors que le "patient" est en fait un client : il choisit et délègue à un spécialiste du corps la responsabilité de l'aider à SE soigner, contre rémunération !

La première notion enseignée aux étudiants en médecine est que l'on ne meurt pas de vieillesse, mais d'un arrêt cardiaque, d'une rupture d'anévrisme, d'un cancer, etc... Certes... mais là encore, certains traitements amènent des situations invraisemblables, où l'enjeu n'est plus la vie au sens noble du terme, mais la survie vaille que vaille...

Les sociétés dites modernes, sont celles de l'excès, pas de la modération. Cependant, la puissance de notre corps à se soigner par lui-même, est le levier principal de notre santé (exemple : la capacité à jeûner qui permet une desintoxification du corps, allonge la vie et rend nos cellules plus fortes (cf le documentaire dans le cadre en haut à gauche)). Continuer à consommer des substances toxiques (dans notre alimentation, à travers la peau (produits de soin du corps), par les vaccins, etc...) mènera la population à être de plus en plus malade. Malheureusement dans nos sociétés, les médecins et les grands groupes de la pharmacologie sont payés quand les gens sont malades, et encore plus, quand ils le restent longtemps....

Retour au menu.